vendredi 22 septembre 2017

C’est l’histoire de l’ENFJ


Je vous ai cuisiné un bon moment avec cette fiche : c’est fini, la voilà ! L’ENFJ est à l’honneur, après moult échanges avec des personnes de ce type (merci à eux ! – et pour la bienveillance livrée avec). Bonne lecture à la découverte d’un autre profil fascinant !
Tour d’horizon de l’ENFJ
« Festoyons en ce jour mes frères, elle a fait cette satanée fiche ! »
Initiales : Extraversion Intuition Sentiment Jugement
Nom : Le professeur
Classification : Ce type appartient au tempérament Idéaliste (NF) et au sous-tempérament Mentor (NFJ).
Représentation : Environ 2,5 % de la population, ce qui en fait le 4e type le plus rare, derrière l’INFJ, l’ENTJ et l’INTJ (le carré des NJ’s).  
Sa personnalité en quelques mots : Très conciliant, charismatique, altruiste, bienveillant, affectueux, déterminé, sensible, organisé, mystérieux…
Sa spécialité : Transformer l’environnement social et les personnes qui l’entourent en transmettant ses valeurs et sa vision originale.
Passe-temps de l’ENFJ lambda : Rencontrer/réunir des gens, causer sujets de société, méditer/prier selon ses opinion, jouer l’avocat et le coach en développement personnel de l’humanité, dire des métaphores à ses cadets avec un air mi-protecteur mi-évasif, parler de ses rêves sur une estrade devant dix mille spectateurs, diriger les sectes créées par les INFJ, provoquer des révolutions au nom de principes affreusement bienpensants, genre l’amour, la paix et l’égalité-entre-tous-les-gens-car-ils-le-valent-bien…
Professions courantes : L’ENFJ aime les métiers le mettant en contact avec les autres et stimulant sa créativité. Il excelle à leur transmettre ses valeurs et connaissances (c’est le professeur, tout de même !), prendre soin d’eux sur le plan psychologique ou spirituel, ainsi qu’à maintenir une atmosphère positive dans un groupe. Outre l’enseignement, il est à l’aise dans les secteurs de la communication, de l’animation, de la psychologie, du social… Beaucoup d’ENFJ font du bénévolat en-dehors de leur activité professionnelle.
Ennéatype courant : 2 (plus rarement 3)

Quelques ENFJ dans la culture :
Réels : Martin Luther King, Nelson Mandela, le pape Jean-Paul II, Maya Angelou, Tony Blair, Morgan Freeman, Bono, Freddie Mercury, Katy Perry, Oprah Winfrey, François Mitterrand, Johann von Goethe, Périclès, Cicéron, Erasme, probablement Jésus et Mahomet… Et puis d’autres gens moins sympas, tels que Yasser Arafat et Joseph Goebbels.
Fictifs : Mufasa (Le Roi Lion), Judy Hopps (Zootopie), Faramir (Le Seigneur des Anneaux), Mélisandre (Game of Thrones), Albus Dumbledore (Harry Potter), Padme Amidala (Star Wars), Clara Oswald (Doctor Who), + la plupart des gentils prophètes/mentors barbus qui ne sont pas INFJ et ne s’appellent pas Gandalf… 


L’ouragan ENFJ
L’ENFJ fait partie de ces types dont la rareté et l’énigmatisme (d’après Word, ce mot n’existe pas… tant pis, je décide qu’il existe) peut induire une bonne dose d’incompréhension dans l’entourage. Voyons ce qu’il en est réellement…
Fonction dominante – Sentiment extraverti (Fe)
Le sentiment extraverti (Fe) enveloppe l'ENFJ. Cette fonction le connecte directement à la dimension universelle des émotions et le dote d'une immense empathie. Lorsqu'un ENFJ croise votre route, sa dominante ne tarde jamais à pointer le bout de son nez... Il émet une très forte dose « d'ondes » émotionnelles qui vient frapper chaque être autour de lui. Très expressif, il manifeste ses intenses états intérieurs de toutes les façons possibles, par exemple à travers de nombreuses exclamations, de grands gestes, une habitude de toucher ou câliner l'autre, des majuscules, points d'exclamation et smileys à l'écrit... (Note : d'habitude les gens sont soit bavards à l'oral, soit bavards par écrit... L'ENFJ, lui, il est bavard sur tous les supports !) Le tout avec une spontanéité renversante : en fait, l'ENFJ conscientise ses affects en même temps qu'il les exprime. Ils existent car il les laisse respirer, éclore, s'étendre autour de lui... Et même s'il s'avère plus statique, il ne peut s'empêcher de traduire tout cela dans une aura, une présence particulière. De ce fait, tout le monde est généralement au courant de ce qu'il ressent. Ses attitudes sont vite perçues comme exagérées, mais elles ne sont que le prolongement de l'incroyable énergie constituant la base de son fonctionnement. 

Non seulement la joie de vivre naturelle de l'ENFJ est contagieuse, mais il est en outre doué pour deviner comment faire plaisir aux autres : de ce fait, il est d'ordinaire très apprécié. Cela tombe bien, il a justement un grand besoin d'être entouré, les contacts sociaux étant sa principale ressource. Une vie solitaire lui serait insupportable, car sans échanges avec ses pairs (ou au moins un animal pour mettre un peu d'animation dans son quotidien), il se viderait de son essence la plus précieuseL'ENFJ a un désir ardent d'influencer les émotions des autres, ainsi que de rester attentif aux atmosphères produites par les présences humaines. C'est un leader dans l'âme, « sentant » instinctivement l'état des gens et les entraînant par un mélange de bienveillance et de détermination. (Il possède d'ailleurs souvent une sorte de « meute fan club ».) Abhorrant les conflits, il s’atèle à préserver l'harmonie autour de lui, en diffusant continuellement des pensées positives et douces. Les seuls conflits qu'il accepte sont ceux nécessaires afin d'abolir d'autres conflits. Il ne laisse pas non plus ses précieuses valeurs se faire traîner dans la boue par quiconque. 

L'ENFJ est très hargneux quand il s'agit de défendre une cause : fervent défenseur de l'égalité, son sens de l'honneur est aussi affûté que ses convictions sont chevillées à son corps. Il croit profondément que chacun mérite autant sa place sur Terre que son voisin (sauf ceux qu'il a classé dans la catégorie « méchants », eux il faut les mettre au prison, voire les exterminer dans la violence et le sang - même si c'est tout nul et que ça fait pleurer le soir en y repensant -). Ce caractère conciliant peut être qualifié d''hypocrite par d'autres types : pourtant, une telle attitude est tout à fait compréhensible au regard du mécanisme d'un Fe-dom... La fonction Fe amène à se sentir « un » avec l'humanité, et à voir ainsi l'humanité comme l'extension de soi-même (sur le plan émotionnel). Pour l'ENFJ,  les émotions d'autrui peuvent se retrouver à l'identique en lui, puisqu'ils sont tous deux unis dans l'humanité. Maltraiter l'un de ses semblables, c'est donc porter atteinte à son propre cœur. C'est pourquoi les discriminations et l'exploitation des plus démunis le révoltent au plus haut point, et qu'il est souvent prêt à consacrer une grande part de son temps et de son énergie à des combats idéologiques. 

L'un des principaux problèmes quotidiens de l'ENFJ est sa tendance à trop se soucier des autres au point d'oublier son propre bien-être. Il ne réalise qu'après coup qu'il n'aurait peut-être pas dû passer autant de temps à écouter la moitié de son carnet d'adresse lui raconter ses traumas d'enfance, le privant de plaisirs personnels et l'envahissant d'ondes négatives qu'il mettra du temps à évacuer... Emporté par son altruisme, il lui arrive également de devenir intrusif sans s'en rendre compte. Il est très enclin à entendre « Mais de quoi je me mêle ! » ou « Tu n'aurais pas dû t'impliquer dans cette situation, ça ne te concerne pas ! » Ces paroles sont très dures à entendre pour lui. En plus de sentir qu'on rejette une part de lui dont il est fier, il regrette amèrement que des comportements se voulant bénéfiques aient pu blesser autrui. 

Fonction auxiliaire - Intuition introvertie (Ni)
L'intuition introvertie (Ni), la fameuse, avec laquelle je vous ai déjà pas mal saoulé, est l'auxiliaire de l'ENFJ. Il réfléchit à l'aide d'images mentales difficilement descriptibles (mais dont le sens lui paraît évident), et a besoin d'aller au fond des choses pour entrevoir leur essence, comprendre leur origine... Cette fonction tempère le volcan Fe et rend l'ENFJ très doué pour conceptualiser, c'est-à-dire discerner les points communs entre un ensemble épars d'éléments. Trouver le concept sous les faits, et le concept sous les concepts. En combinant Ni avec Fe, l'ENFJ se constitue ainsi une vaste « carte des émotions », où chaque  affect est associé à des pensées abstraites, formant à terme un mode de réflexion personnel d'une grande complexité. Ce système très fluide, que l'ENFJ l'alimente à travers ses nombreuses interactions humaines, évolue au gré de son vécu. Néanmoins, malgré son amour de la compagnie, il a parfois besoin de s'isoler pour explorer son esprit et le mettre en ordre. La fonction Ni octroie à l'ENFJ un parler à tendance métaphorique. Lors de ses phases de retrait, elle peut aussi générer chez lui des idées mélancoliques et morbides (vivement qu'il puisse retourner se ressourcer dehors !) L'intuition introvertie lui permet aussi de se projeter dans le futur et de l'anticiper avec justesse. Mobilisant son Fe au service de l'avenir (là où l'ESFJ s'en sert plutôt pour conserver les traditions), l'ENFJ agit dans l'optique de bâtir un monde plus en adéquation avec ses valeurs. 

Grâce à son binôme pilote Fe-Ni, l'ENFJ est très doué pour « lire » les autres sur le plan émotionnel. En quelques instants, il peut jauger leur état d'esprit avec finesse, savoir si leurs intentions sont bonnes ou mauvaises, s'ils sont sur une voie favorable ou en posture délicate dans leur existence... Guidé par Fe, il a ensuite le réflexe de se poser en mentor afin d'encourager son nouveau protégé à retrouver le droit chemin, ou, s'il l'emprunte déjà, le poursuivre plus loin encore. Le Ni sous-jacent lui procure un aspect prophétique et sage typique des NJ. Ce Ni prend une teinte encore plus insaisissable chez les NFJ, puisqu'ils ne cherchent pas à expliquer rationnellement leurs visions : celles-ci sont associées au monde des sentiments, et non rattachées à des faits ou données logiques comme leurs comparses NTJ. Si on leur reproche de manquer de crédit, ils comblent ceci en éveillant dans le cœur de leurs interlocuteurs une autre forme de jugement. A l'aide du Fe et Ni, ils analysent le profil en face et trouvent les mots capables de le toucher au plus profond de lui. Ni fait défiler tous les concepts utiles dans la situation présente, tandis que Fe est en connexion directe avec les ondes émotionnelles des autres et sait donner corps aux fulgurances abstraites de Ni. Et avec un Fe aussi puissant, imaginez le résultat... C'est ainsi qu'un ENFJ peut amuser, attendrir, révolter ou mystifier une foule entière, en s'adressant d'une traite aux émotions les plus intimes de chaque individu la constituant.     

Mélisandre (ENFJ) déstabilise la jeune Arya Stark en lui révélant son avenir sur un ton sybillin... 

Fonction tertiaire – Sensation extravertie (Se)

Le sentiment extraverti est une fonction dirigée vers le monde sensitif externe et l’action sur ce dernier. Elle branche son utilisateur aux expériences de l’instant présent et l’amène à en chercher de nouvelles, pour le simple plaisir procuré par cette connexion aux sens. Chez l’ENFJ, Ni étant juste au-dessus de Se, il a tendance à négliger de profiter du moment en se focalisant excessivement sur l’avenir, bien que ce trait s’atténue avec le développement de Se vers 20-30 ans. La position de Se peut s’avérer frustrante pour lui, car son désir d’aider les autres est freiné par un pouvoir d’action limité sur le monde concret. Il aimerait faire plus, donner plus, tenir plus longtemps sur tous les fronts, mais la fatigue le gagne… En outre, à la base, il n’est pas un grand passionné des tâches physiques (il laisse cela à son cousin ESFJ) : s’il décide de s’y mettre, c’est le plus souvent dans une démarche émotionnelle générée par sa dominante Fe. C’est alors le moteur Fe de l’ENFJ qui entraîne la roue Se, la force des valeurs qui prend le corps en main afin de lui fournir l’énergie nécessaire. Pour cette raison, les encouragements sont extrêmement efficaces sur lui : vous dopez Fe, vous dopez Se. Vous dopez Se, vous obtenez un Super Sayan ultra-badass qui démantèle tout le Mal de la planète. 

Judy Hopps, où « Comment défoncer la promo avec ses convictions » (Zootopie) - Source de l’image 

La présence de Se peut aussi contribuer à aiguiser le goût de l’ENFJ pour les produits de bonne qualité, et, alliée à d’autres de ses fonctions, amplifier sa sensibilité artistique. Si l’ENFJ néglige son intériorité et s’épuise à trop se consacrer au monde, il peut tomber dans une boucle Fe-Se. Oubliant totalement ses propres besoins (ou n’admettant pas leur existence), il devient excessivement actif et multiplie les démonstrations d’altruisme jusqu’à l’épuisement complet. 

Fonction inférieure – Pensée introvertie (Ti)

La pensée introvertie filtre les informations pour les classer dans un système le plus précis et rationnel possible, octroyant à l’individu sa propre logique interne. Autant dire que chez l’ENFJ, on en est loin… L’immense dévouement de l’ENFJ a un revers de médaille : il a tendance à se jeter à corps perdu dans la bataille, sous l’impulsion émotionnelle, sans prendre le temps d’étudier les détails de la situation et de vérifier la cohérence de ses pensées. L'ENFJ est mal à l’aise avec les tâches de haute précision et n’aime pas qu’on lui demande de justifier logiquement ses idées et actions. (Notez qu'il aura l'impression d'être tout à fait cohérent, car pour lui, ses émotions sont la logique. Il vous dira par exemple « Ce truc est bien/mal parce que c'est logique »« Dieu existe parce que c'est logique », mais dans le fond, la seule explication à son propos sera « parce que je le sens dans mon coeur bordeldemerde, et comme je le sens super fort, c'est forcément vrai. » - Les IxFP, Fi-dom/Te-inf, réagissent pareil. C'est la logique des émotions. Ça m'échappe, mais j'admets, sans sarcasme, que c'est fascinant.) Ni peut avertir l'ENFJ d'un danger global,  sous forme de flash indiquant « Euh, à ta place je ne monterais pas dans ce bateau », mais pas lui dire distinctement « Eh, le troisième joint d'étanchéité pour conduit d’évacuation de climatiseur de morgue boulon de la dernière rangée de la cale du bateau en partant de la gauche est mal serré ! »... (Ça, c'est plutôt le boulot du type à l'exact opposé...) Si l'ENFJ est fort bien placé pour inspirer les troupes, mieux vaut qu’un individu plus rationnel et pragmatique veille à sécuriser son terrain… Sinon, paf, couic, boum, pan l’ENFJ. (Parfois Dieu le ressuscite, mais pas toujours, quoi.)

Lorsqu’il tombe sous l’influence de son inférieure Ti, l’ENFJ utilise ses dons de communication pour satisfaire son seul ego. Il n’hésite pas à duper autrui pour parvenir à ses fins : c’est-à-dire être flatté à longueur de temps et se sentir considéré comme l’être le plus important et le plus génial au monde. Il devient calculateur, échafaude des plans pour être acclamé le plus possible. Oubliant sa bienveillance naturelle, il perçoit l’amour comme une monnaie d’échange et exige des personnes qu’il aide un gain de flatteries en retour, sans quoi il s’agace de leur ingratitude et les condamne. Il va toutefois continuer de faire semblant de les adorer, afin de recueillir toujours plus d’éloges - eh, la popularité avant tout ! (La grande majorité des ExFJ sont d’ennéatype 2, le profil associé à la passion d’Orgueil.)

A son plus mal, l’ENFJ devient un manipulateur très vicieux. Contrairement à des manipulateurs d’autres types, agissant de façon démonstrative (en jouant la drama queen pour attirer l’attention, par exemple), cet ENFJ emploie des méthodes plus subtiles : il flatte sa victime avec une gentillesse parfaitement feinte (via Fe) pour la rendre docile à souhait, étudie ses failles, puis la frappe violemment. A titre personnel, je visualise une plante carnivore attirant ses proies avec de beaux pétales colorés, un parfum envoûtant, avant de refermer d’un coup le piège sur la malheureuse… Note : L’INFJ agit d’une façon assez similaire quand il s’énerve et utilise Ti pour blesser, en balançant toutes les failles dénichées par Ni-Fe. Mais il agit plutôt sous le coup d’une impulsion (prise de contrôle du Se-inférieur), que suivant un plan préparé. En outre, son pouvoir d’attraction (Fe) plus faible ne lui permet généralement pas d’influencer autant de monde à la fois que son cousin extraverti.


Quand on écoute l'ENFJ...

Je ne compte malheureusement pas d'ENFJ dans mon cercle d'intimes (un type à la fois rare et extraverti, peu de chances en effet...), mais j'ai pu en identifier quatre ou cinq au cours de mes diverses pérégrinations, dont une très chouette correspondante. Pour la réalisation de cette fiche, j'ai aussi eu l'occasion de discuter avec plusieurs concernés. (Dites à des ENFJ que vous avez besoin de leur aide et de leur opinion, ce qui suit est assez drôle...) Cette fois-ci, j'ai choisi de présenter mon expérience sous la forme d'un récit résumant ce que j'ai pu ressentir aux côtés d'ENFJ... 

Petite mise en situation. Je suis dans un restaurant (une chaîne spécialisée dans les Flammekueche, si les détails vous intéressent), à une table de quinze personnes dont la moitié est déjà bourrée et l'autre moitié commande une girafe, il est tard, il fait froid, il y a beaucoup de bruit et bien sûr je ne suis pas venue pour la qualité des Flammekueche. La question qui se pose alors : « Est-ce qu'on m'a payé pour être là, ou bien ? » Que nenni, mon copain d'amour et ses ex-camarades de promo se font juste un resto à côté de mon lieu de stage et j'en ai profité pour taper l'incruste. Ils sont très gentils (et bourrés), mais je n'en connais aucun. L'anxiété sociale est présente. Je me concentre sur la sirotation de mon diabolo menthe, parce que quand le serveur me demande ce que je veux boire, je réponds toujours « un diabolo menthe » : je suis sûr qu'ils en ont, du coup je n'ai pas besoin de lui parler plus. J'ai décidé de me greffer au bras de mon copain, assis à ma gauche, mais je constate que la manœuvre ne résout pas mon problème : je suis stressée, très. Je n'aime pas les gens, les lieux animés, et encore moins plein de gens dans un lieu animé. Malheureusement, mon chéri est également INTJ. Quel rapport avec les ENFJ, morbleu ? Eh bien il y a un ENFJ (sobre) caché dans cette scène. En fait, il est juste à ma droite, chef de table (évidemment que je me suis mise en bout de table, c'est plus facile de s'échapper !). 

Malgré lui, cet ENFJ était apaisant. Tout d'abord, il dégageait une impression singulière. En bonne N, je suis très sensible à l'aura des autres : la sienne était chaleureuse, engageante, un peu comme un âtre invitant à s'installer autour de lui et à se raconter des histoires. Durant le dîner, j'ai pu observer l'influence à la fois puissante et bienveillante qu'il avait sur les autres. Sa position à table n'était pas due au hasard : il était de toute évidence le big boss organisateur de la soirée. Tout le monde l'écoutait quand il s'adressait au groupe, d'un ton ferme, mais ne cherchant pas pour autant à imposer. Il donnait envie de le suivre, tout simplement. Ensuite, il m'a semblé qu'il captait mon anxiété : en tout cas, il se montrait particulièrement doux avec moi, comme s'il voulait me mettre le plus à l'aise possible. Après de brèves présentations, il s'est très vite intéressé à ce qui me passionnait, m'a demandé pourquoi j'avais choisi telle voie dans mes études, dans ma vie... Il semblait vraiment captivé par l'étude d'autrui, la compréhension de ses valeurs et visions. Peut-être voyait-il aussi que discuter de sujets que je maîtrisais me faisait prendre confiance en moi et m'ouvrir davantage. D'ordinaire je suis gênée lorsqu'on me réclame des informations, mais cette fois-ci, étrangement, elles s'échappaient toutes seules de ma bouche... 

Quand il m'a à son tour parlé de ses choix, j'ai bien senti qu'aucun n'avait été laissé au hasard au cours de son existence : il suivait rigoureusement la voie qu'il s'était tracé. Plus tard, mon copain m'a expliqué que cet ENFJ, derrière son air décontracté, était une vraie « machine de combat » qui avait beaucoup sacrifié pour réussir du premier coup le concours de ses rêves. Il exerçait aujourd'hui une profession juridique, le mettant directement au service de la société. Une société qu'il voulait contribuer à remodeler à la force de ses convictions. Enfin, comme mon chéri n'a pas pu s'empêcher de balancer l'existence de mon blog (depuis que je lui ai enseigné l'ennéagramme, il s'est engagé à soigner ma compulsion de façon peu orthodoxe - je le lui rend bien -), de fil en aiguille, Monsieur l'ENFJ a révélé qu'il connaissait un peu le MBTI et avait passé la version officielle. Le résultat tombait sous le sens... Voilà le genre de personne qu'est un ENFJ. 

Chouettement vôtre !